Douleur au cou et haut du dos ?

Une petite dose d’anatomie pour essayer de comprendre d’où peuvent provenir nos douleurs lorsqu’on a mal au cou et/ou dans le haut du dos (au niveau dorsal). Il est important de savoir que les causes de douleur énumérées ci-après sont des causes musculaires. Elles sont enduites suite à une mauvaise posture, un travail ou des mouvements répétitifs, un entrainement sportif fréquent, etc. Il y a plusieurs autres causes possibles à une douleur dans le cou (articulaire, discale, neurologique, squelettique..). Le but de cet article est de vous donner des outils pour diminuer vos douleurs qui proviennent de tensions musculaires.

| Agoniste | Antagoniste |

Premièrement, il faut savoir qu’un muscle n’agit jamais seul. Il peut y avoir deux muscles qui créent le même mouvement quand ils se contractent, comme le biceps brachial et le brachial (muscle un peu moins connu, mais qui fait faire une flexion de coude aussi). C’est ce qu’on appelle des muscles agonistes (vont dans le même sens).

Puis, il y a toujours un muscle qui fait le contraire d’un autre. Par exemple, si je contracte mon biceps brachial, mon coude se fléchit, mais si je contracte mon triceps brachial, mon coude s’allonge. On les appelle donc des muscles antagonistes (sens contraire). L’analyse à faire ici, c’est que lorsque je contracte un muscle, son antagoniste n’a pas d’autres choix que de se faire étirer.

| Élévateur de l’omoplate | Scalènes | Trapèzes |

L’élévateur de l’omoplate et les scalènes sont deux antagonistes très importants dans l’équilibre de votre cou. Si un de ces muscles est plus tendu que l’autre, il change la façon dont votre cou bouge.

L’élévateur de l’omoplate s’attache sur vos vertèbres cervicales en postérieur (arrière de votre cou) et se rendent jusqu’à votre omoplate. On en retrouve deux en tout, un pour chaque omoplate. Ils sont tendus chez la très grande majorité des gens car chaque fois que vous haussez les épaules ou que vous avez une certaine activation de vos bras ou chaque fois que vous penchez la tête vers l’avant, ils se contractent. Disons-le, ça doit être un très haut pourcentage de nos journées. Il est normal qu’au toucher, ces muscles soient sensibles, mais ils deviennent problématiques lorsque sans les toucher, on peut ressentir des raideurs partant de notre cou et allant vers nos omoplates.

Les scalènes s’attachent sur les mêmes vertèbres que l’élévateur de l’omoplate mais en antérieur (donc sur l’avant de votre cou) et se rendent sur vos deux premières côtes. On les oublie souvent lors de nos étirements car on a tendance à étirer les plus gros groupes musculaires dû au ‘’manque de temps’’. Il se peut que les tensions présentes sur ces muscles soient aussi la cause de raideurs au cou.

Les trapèzes se divisent en trois parties. On retrouve le trapèze inférieur, moyen et supérieur. Dans notre cas, c’est la partie supérieure qui nous intéresse. Elle s’attache encore une fois sur les vertèbres cervicales, mais en latéral (sur le côté), et vont jusqu’au bout de votre épaule, touche à votre clavicule et votre omoplate. Cette partie du trapèze travaille en même temps que l’élévateur de l’omoplate, c’est-à-dire à chaque fois que vous haussez vos épaules, même si le mouvement est minime.

Beaucoup de tensions et de déchets peuvent s’accumuler dans ces muscles, ce qui les rend souvent très sensibles.

| Pourquoi ces 3 principaux groupes musculaires ? |

Car ils ont tous plusieurs attaches sur votre colonne vertébrale. Pour que votre colonne soit en santé et puisse bouger librement sans que vous ressentiez de raideurs, elle doit avoir une tension égale de tous les côtés. Par exemple, si votre élévateur de l’omoplate droit est tendu, il tirera sur les vertèbres vers l’arrière et vers la droite. Ça crée un déséquilibre au niveau des forces (on peut l’imager comme un vecteur). Donc, la tête ne bougera plus de la même façon puisque les forces s’y rattachant ne sont plus équivalentes.

Libérer ces 3 groupes de muscles du plus de tension possible permet de garder un équilibre.

| Pectoraux | Romboïdes |

Un peu de biomécanique!

Pour la majorité d’entre nous, nous travaillons plusieurs heures par jour les bras en avant de nous. Cela demande un effort au niveau des pectoraux. De plus, on peut voir un déficit postural s’installer progressivement chez la majorité des gens ; les épaules enroulées. Ces épaules enroulées vers l’avant sont le fruit d’une mauvaise posture ou des pectoraux qui sont raccourcis à force de toujours se contracter.

Si on suit la logique des antagonistes vu plus haut, des pectoraux raccourcis amènent un sur-étirement des romboïdes (muscles que l’on retrouve entre la colonne dorsale et les omoplates). Beaucoup de ‘’nœuds’’ sont crées dûs à ce sur-étirement, ce qui peut amener des raideurs et/ou de la douleur au niveau des épaules et du haut du dos.

Étirer vos pectoraux pendant 30 secondes aux heures peut réduire de beaucoup vos douleurs en dorsal et peut grandement améliorer votre posture.

| En résumé |

Tout revient toujours à l’équilibre! Pour avoir une posture optimale et le moins de douleurs possible, il faut que tous vos muscles forcent de façon égale sur vos articulations afin de permettre un mouvement anatomique sain!

Andréa Chouinard, Masso-kinésithérapeute

Posts récents

© 2017. Crée par Rx Performance.